AEF86 - Amicale des Educateurs de Football de la Vienne : site officiel du club de foot de POITIERS - footeo

Le clin d'Oeil de l'Amicale : à la rencontre de Michel PRINCET

7 juillet 2017 - 10:41

Bonjour Michel, merci de nous accorde cet entretien, tout d’abord peux-tu te présenter ?

Michel PRINCET, né le 8 juillet 1948 à Pleumartin, je suis le 8ème d’une famille de 10 enfants (1 fille et 9 garçons), nous avons tous joué au ballon sauf mon père et ma soeur. Ma mère lavait tous les maillots de l’équipe.

Ton parcours professionnel

Ouvrier de 16 à 19 ans dans la ferme de mon père à Pleumartin. J’ai fait mon service militaire pendant 16 mois au 33èmeRA de Poitiers. A mon retour, en 1990, j’ai travaillé chez LELOT pendant 1 an comme magasinier et ensuite je suis revenu à Châtellerault ou j’étais contremaître dans les caves à champignon PARIS-BERNUAU à ANTOIGNE. En 1995, J’ai créé mon entreprise de transport, quelques années plus tard nous avons élargi sur les travaux publics. Aujourd’hui, je suis retraité.

Ton parcours sportif

J’ai joué à Pleumartin de catégorie pupille, minime, junior, surclassé cadet pour jouer en promotion d’honneur avec les seniors. A 16 ans, de 1966 à 1968, j’ai joué au S.O Châtellerault en équipe première en DH, année de la remontée en CFA, mon poste avant-centre. De1968 à 1970 j’ai été au CEP Poitiers sous la présidence de M BEYSSAC l’ entraîneur était Mr DENIORT René. Je suis revenu ensuite au SO Châtellerault pendant 5 ans environ (CFA - PH) avec Pascal, Thierry et Gilbert mes frères. De 1975 à 1976 je retourne à Pleumartin en tant qu’entraîneur/joueur, niveau de promotion de ligue ou nous avons été en quart de finale de la Coupe du centre-ouest. Après deux ans en 1978, j’ai signé à ANTOIGNE en tant qu’entraîneur/joueur (2ème division), j’ai ensuite laissé la place à mon frère Gilbert (Bébert) comme entraîneur qui arrivait du S.O.C. En 1991 je suis devenu président du club d’ ANTOIGNE, Henri Taulé était nommé entraîneur du club. Les entraîneurs et joueurs marquants de ta carrière M. LIRIOT, entraîneur au SO Châtellerault. C’était lui qui avait recruté Bernard pour jouer au stade PEPP (Stade POITEVIN), il connaissait la famille, il venait régulièrement nous voir jouer à Pleumartin. Il y a eu aussi M BARLAGUET, il arrivait de NIMES, c’était un ex-pro. M. TORDO, ancien joueur/entraîneur de Sedan. D’ailleurs un week-end de Pâques il avait invité tout le club d’ANTOIGNE à visiter et à jouer dans leurs installations. J’ai eu la chance de jouer avec des joueurs comme J-J. MEINIE (Limoges), PRIGENT (international A),S. SERAFIN (Angoulême), BORDIER (Soc), Louis LECLERC (entraîneur de Sochaux) et d’autres. La liste serait longue !

Tu as été président pendant combien de temps ? Tes principales missions ?

Saison 91/92 je suis élu Président du club de l’U.S.ANTOIGNÉ. Mes principales missions étaient d’organiser,manager (des commissions avec l’équipe dirigeante) et diriger le club. Je me suis occupé un petit peu des équipes de jeunes. Après 24 ans de présidence à l’U.S. ANTOIGNE, j’ai passé le flambeau à des jeunes volontaires mais reste néanmoins dirigeant du club. Pendant ce parcours j’ai partagé mon quotidien professionnel et le football avec Mus DAFFROUALAH pendant 12 ans. Mus était l’entraîneur d’ANTOIGNE et il travaillait à l’entreprise.

Tu as été l’un des principaux acteurs pour la création de l’AAC (Amicale des Clubs Châtelleraudais).

Que penses-tu de l’AAC ?

Joël TONDUSSON Président du S.O.C., était avec D. CARLIER entraîneur du S.O.C., à l’initiative de ce projet. Les premiers clubs adhérents à cette Amicale étaient ANTRAN, AVAILLES, ANTOIGNE, OYRE, DANGE , d’autres clubs sont venus nous rejoindre. A une époque, celle-ci a permis de rassembler plusieurs clubs du Châtelleraudais. L’action était de promouvoir, construire et maintenir le football de haut niveau dans le Châtelleraudais et donc de permettre d’avoir la même formation dans les clubs afin d’envoyer nos meilleurs joueurs vers le SOC. L’encadrement se faisait par des éducateurs du SOC.

Quel regard portes-tu sur le foot professionnel ? et sur celui du foot amateur ?

Il y a 40 ans c’était différent, aujourd’hui, c’est du football business, ce sont des entreprises, je ne sais pas si c’est encore du sport !!! Le foot amateur, avant nous pouvions compter sur la bonne volonté des joueurs, maintenant c’est devenu un sport de consommation. Les joueurs ne veulent plus de contraintes. La mentalité a changée.

Quelle est ta devise ?

Se lever le matin pour aller travailler 

Ce que tu ne souhaites à personne

La maladie

La musique …

J’aime un peu tout

Le cinéma ou la télé ?

Télé

Un plat

Tête de veau

Un vin

Saumur Champigny

Un dessert

Gourmand

Un restaurant

La Petite Villette

Une ville

Châtellerault

Un pays

France

Où vis-tu le mieux ?

Antoigné

Club préféré ?

Antoigné, Soc, Pleumartin, j’aime bien

regarder le PSG.

Un footballeur ?

Kopa

Un homme ?

M. Wittersheim et M. SUSSET  (Présidents du SOC à l’origine de mon parcours pro & sportif)

Et pour finir, des souhaits ?

Vivre le plus longtemps possible et qu’ ANTOIGNE retrouve sa place en régionale.

Terminons sur le terrain, un souvenir marquant ?

Vainqueur deux fois de la C.C.O. avec le SOC. Finaliste avec ANTOIGNE en tant que Président.

FAISONS ENCORE UN PEU PLUS CONNAISSANCE

Que penses-tu de notre amicale A.E.F. 86 ?

J’en pense le plus grand bien, ça permet de voir les entraîneurs diplômés, vous avez quand même un portefeuille d’éducateurs que nous n’avions pas avant. C’est un rassemblement des éducateurs, mais il est vrai que certains ne font pas l’effort de venir lors de vos A.G. C’est toujours convivial de participer.

Quelle question l’AEF ne t’a pas posée et que tu aimerais qu’on te pose ?

L’avenir du football sur le CHATELLERAUDAIS. Le SOC, club phare de CHATELLERAULT, connaît de graves soucis actuellement. Beaucoup « d’anciens » du SOC se sont mobilisés mais sans apport financier conséquent, l’avenir est fragile. Depuis de nombreuses années j’ai essayé de mobiliser pour rassembler un « pôle jeunes » au sein du SOC avec des compétitions de haut niveau et des antennes dans les clubs châtelleraudais au niveau départemental. Mon plus grand regret est de n’avoir pas abouti pour ce projet. Mais la présence de centaines d’enfants sur les terrains lors des plateaux organisés par l’Amicale du Châtelleraudais me réconforte et à chaque fois je constate que le rôle de l’éducateur est essentiel dans nos clubs.

Propos recueillis par J. LECLERC et S. GROLEAU

 

Commentaires